Les partenaires publicitaires:

Les lois de la Floride de l'intervention de la garde et de la Visitation

Quand les parents se séparent ou divorcent, le tribunal rendra une ordonnance de garde qui est dans les meilleurs intérêts de l'enfant. Si un parent est pas attribué garde exclusive ou conjointe, il a encore le droit de visites fréquentes. En Floride, un parent ou une autre partie qui interfère avec une ordonnance de garde ou de droit de visite d'un parent peuvent être reconnus coupables d'ingérence du crime et condamnés à une amende et / ou de temps en prison.

  1. Interférence

    • Conformément à l'article 787,03 des lois de la Floride, toute personne qui prend un enfant de la garde légale d'un parent interfère avec une ordonnance de garde d'un tribunal. Si un parent n'a pas la garde et garde l'enfant, sans le consentement, passé la période de visite désigné, il peut également être reconnu coupable d'ingérence garde.

      Il est également un crime de prendre un enfant mineur au delà des frontières de l'Etat en vertu de 787,04 lois de la Floride. Une personne peut être accusée d'une infraction supplémentaire si il ne parvient pas à amener l'enfant au tribunal comme l'a ordonné par un juge. Chaque infraction est facturé séparément et est classé comme un crime du troisième degré.

    • Amendes

      • En cas de condamnation, le tribunal d'imposer des amendes conformément à la loi de la Floride 775,083. L'amende en place pour un crime du troisième degré, y compris les interférences de garde, est de 5000 $.

      Incarcération

      • En plus de l'amende ordonnée, une personne reconnue coupable d'ingérence de détention peut être incarcéré. En vertu du Statut de la Floride 775,082, la peine maximale pour un crime du troisième degré est de cinq ans.

      Défenses

      • Si un parent ou une autre personne croit qu'elle avait un motif valable pour prendre l'enfant, elle peut avoir une défense à la demande d'interférence. Afin de préserver son droit de faire valoir une défense au procès, elle doit apparaître dans le bureau d'un shérif ou procureur de l'Etat au plus tard 10 jours après la prise de l'enfant. Elle doit faire une déclaration qui soit elle était une victime de la violence domestique et a été la protection de l'enfant en le prenant, ou qu'elle avait agi sous une croyance raisonnable qu'elle conservait le bien-être de l'enfant.

    » » » » Les lois de la Floride de l'intervention de la garde et de la Visitation